Erin Hanson, la fainéante.

Petit piège, il y a plusieurs Erin Hanson (informations révolutionnaires. Plusieurs êtres humains partagent le même nom. Vertige métaphysique dominical…)

Mais, là, en l’occurrence, il s’agit de 2 artistes qui partagent le même nom, ce qui est un peu plus embêtant.
Un peu comme Nick Cave et Nick Cave.

Je ne parle pas de la Erin Hanson qui fait ça, mais de la Erin Hanson qui fait ça:


(vous avez forcément aperçu celui-là quelque part, si comme moi vous passez beaucoup trop de temps sur internet)

Erin Hanson a en effet fait une grosse série au graphisme simple et efficace sur le décalage entre ce qu’elle veut et ce dont elle a besoin, qui est probablement sa série la plus connue, et que vous pouvez scruter -> ICI <-

Mais la série dont, moi, je voulais vous parler aujourd’hui, c’est celle sur sa fainéantise.

Car en effet, Erin Hanson se définit elle-même comme étant une petite feignasse, en atteste le nom de son blog, qui pourrait se traduire par « fainéantolique en voie de guérison ».

Cette artiste pour le moins acidulée, dans la section de présentation de son site internet, déclare que nous sommes tous « en proie à des accès de fainéantise », fainéantise avec laquelle elle est constamment aux prises, et qu’elle essaye de combattre par la création.

Elle aime « l’absurde, le soda à l’orange, ses bottines bordeaux, Biggie Smalls and Boo, conduire sans destination, collecter des choses dont elle n’a pas besoin, les films, la caféine, et enfin, sa famille et ses amis. »

Une fille plutôt cool, en somme…

Plutôt que de se morfondre sur son indécrottable flegme, Erin Hanson a décidé de non seulement y remédier, mais en plus, d’en faire une oeuvre d’art, et ça donne ça:

ça:

ou encore ça:

La série complète, et toutes ses autres séries -> ICI <-

Et bon Dimanche flegmatique à vous, tous autant que vous êtes.

Publicités

Les broderies de Richard Saja

Ce matin, alors que je sirotais tranquillement mon café, Tumblr a picoté mes pupilles par le biais de Richard Saja, et ses broderies sur toile de Jouy.
Non-non-non, je ne parle pas de films interdits aux mineurs mais de ce type de tapisserie, que vous avez forcément déjà vu un Dimanche ou l’on vous a traîné chez une vieille tante-qui-caresse-son-chat-sur-un-rocking-chair-en-critiquant-les-voisins.

Mais si… ça ressemble à ça :

ou ça:

Et maintenant, ce qu’en fait Richard Saja:

Attention, vous ne me ferez pas dire que je trouve ça beau.
Mais… ça méritait d’être partagé.

Son blog :  -> ICI <-