Boosted Boards – The World’s Lightest Electric Vehicle

Boosted Boards, ça sort de Stanford.
Boosted Boards, c’est encore en gestation.
Boosted Boards, c’est une petite révolution.

Le constat : 

La majorité des déplacements quotidiens ne dépassent pas 10 km.

  • Voitures = embouteillages, pollution, frais d’essence, difficultés pour se garer.
  • Vélo = obligation de le garer, risque de vol, risque d’arriver tout en sueur à destination.
  • Marche = Pareil (pas le vol. La sueur.)
  • Transports en commun = pas forcément pratique, ni agréable.
  • Longboard classique = utilisable en plat et en descente seulement, risque d’arriver en sueur à destination.

La solution :

Le longboard électrique.
Il se faufile dans les embouteillages, évite tout effort, et se transporte absolument partout.

Encore en gestation, le projet étant resté quelques temps sur kickstarter afin de trouver son financement, il a bouclé ses fonds en Octobre 2012, en amassant plus qu’espéré.
Actuellement, la bande de geeks de Stanford est affairée à se construire un petit nid organisationnel, et fignole sa créature.

Et cette créature est juste parfaite.

Révolutionnaire, non, les prototypes de skate électriques n’étant pas une grande première. Sans parler du « skateboard volant » à la Française, qui m’avait fait sourire à l’époque.

Mais là, la différence, c’est que le longboard, en plus de garder une ligne parfaite, a une autonomie de 10 km, et peut monter jusqu’à 32 km/h. Et, accessoirement, même la télécommande est soignée.

Une vidéo qui résume tout (en anglais):

Bien joué, Boosted Boards !

Leur site -> ICI <-
Leur page kickstart -> ICI <-
Un article du Dailygeekshow, en français -> ICI <-

Jayesslee – Gangnam Style (cover)

Jayesslee, ce sont Sonia et Janice
Jayesslee, ce sont deux jumelles
Jayesslee, ce sont deux douces voix, et deux jolis minois Australiens.

Les deux soeur Australiennes ont commencé à sévir sur Youtube en 2008, et ont dès lors connu une popularité exponentielle…
…à côté de laquelle j’étais complètement passée jusqu’à ce soir.
Australiennes certes, mais nées en Corée du Sud. Ce qui explique leur maîtrise parfaite de la langue sur le titre qui me les as fait découvrir ce soir :

Première pensée : « Tiens, des Brigitte bridées »

Deuxième pensée : Sans en faire révélation de l’année, leur reprise est agréablement surprenante, fraîche, et reposante.

Ce pour quoi je les ai mises dans mes cartons.

(J’ai cependant un peu de mal avec cette manie qu’elles ont d’associer leur musique à Jésus. Mais, une fois de plus, ça n’engage que moi.)

Leur site internet –> ICI <-

(Et au cas où vous auriez aimé Brigitte, et que vous ne les connaîtriez pas encore, leur myspace -> ICI <-)

La surconsommation – Video

Ce soir, alors que j’étais en train de  :

– Twitter Benoît XVI, aka Pontifex (on ne m’enlèvera pas que ça fait vraiment nom de Pokemon)
– lire toutes sortes de posts rivalisant d’ironie sur la viande équine et Findus
– ricaner et reposter l’excellent Unpretentiousil aux amis que j’avais envie de vexer,
– et autres choses très utiles,

j’ai reçu un mail de ma chère Mère, contenant 2 lignes et la vidéo que voici :

 

Maintenant, j’ai vaguement envie de vomir, et je suis calmée pour la soirée.

 

Mais, morale de l’histoire : parfois, une vidéo vaut mieux qu’un long discours rébarbatif.

 

Merci Mother !

 

 

Et, accessoirement, si vous voulez vous détendre un peu la mâchoire, vous pouvez regarder cette vidéo.
(MCDO ET QUICK ! NUTELLA ! RACLETTE !)

L’ours de Canal +, starlette internationale.

« La meilleure pub du monde », peut-on parfois lire sur le net.

Un petit recadrage s’impose.
Certes, le spot s’est imposé, mais sur un critère précis : celui de son nombre de récompenses.
Pour synthétiser, le Gunn Report répertorie les récompenses accordées aux agences de publicité, au national comme à l’international, et il s’avère que ce spot, réalisé par BETC (Havas Worldwide) pour Canal + s’est imposé, comme la publicité la plus récompensée de 2012, mais aussi comme le spot TV le plus récompensé de tous les temps.

Pour ceux qui ne l’ont pas encore vu :

Je reconnais que :

– techniquement parlant, l’agence a vu grand. Très grand.
– la chute de la vidéo est surprenante et donc efficace. Très efficace.

Mais de là à en faire LA pub de tous les temps, je me permets juste d’émettre quelques réserves.
Mais je ne suis qu’une petite novice qui se permet de pérorer sans n’avoir jamais rien créé d’une telle envergure, OF COURSE.

Celà étant, bien joué BETC ! Très, très bien joué.

L’article de Golem13 -> ICI <- 
Un article de l’Express -> ICI <-
L
‘article de Havas Worldwide -> ICI <-

Le-bonne-nuit-les-petits-Coréen-qui-ne-fait-pas-rêver.

  • L’année dernière, au détour d’un cours de Media & Politics, on m’avait montré cette vidéo, et je dois admettre qu’elle m’avait fait ricaner pendant un certain temps. (Je vous conseille vivement de cliquer)
  • Et ce soir, je suis tombée sur celle-ci :

http://www.liveleak.com/view?i=203_1360053143

La nouvelle vidéo de propagande de l’agence Nord Coréenne de propagande Uriminzokkiri

(postée Samedi dernier sur Youtube, et déjà quasi-introuvable. Je m’excuse d’ailleurs de n’avoir pas réussi à l’intégrer proprement à l’article.)

Au début, elle m’a fait ricaner tout comme la première. Et tout comme le site d’Uriminzokkiri.
Les images de synthèse très Windows 95, les petits paillettes qui scintillent, les effets spéciaux du-feu-de-Zeus, et cette entraînante reprise instrumentale de « We Are The World »… Que d’exotisme.

Et, après, c’est justement le feu-de-Zeus, qui a fait tilt. Des immeubles en feu, sur un fondu de drapeau US. Euh ?

Après quelques petites recherches, j’ai découvert (entre autres) que :

– les images de Manhattan en feu avaient été directement tirées du célèbre Call of Duty (à la rigueur, passe encore)

– les sous-titre indiquaient « je vois des volutes de  fumée noire quelque part en Amérique » (pour un rêve à la BO si pacifique, ça commence à clocher)

– les sous-titres indiquaient ensuite  » Il apparaît que le siège du mal, qui a pris l’habitude d’utiliser la force et l’unilatéralité, et de se lancer dans des guerres d’agression va être rongé par les flammes qu’il a lui-même allumées ».

Et là, c’est tout de suite devenu beaucoup moins marrant. 

J’ai aussi appris qu’en Décembre 2012, la Corée avait finalement réussi à lancer un satellite en orbite, après des années de tentatives infructueuses. Que le discours officiel de la Corée est celui de la conquête spatiale, mais que l’Occident soupçonne juste des essais pour des missiles longue-portée.

Que le satellite lancé en Décembre s’appelle Unha-3, et celui de la vidéo Unha-9.

Tout ça, non pas pour faire de l’alarmisme mal informé (parce que je reconnais que cet article reste un article de surface), mais juste, la morale que j’en tirerais est la suivante :  notre génération a tendance à rire de tout, surtout des choses qui défilent à vitesse grand V sous nos yeux dans les dédales d’internet, sans forcément toujours en saisir les enjeux profonds.
Après avoir passé la soirée avec un Syrien qui m’a raconté la manière dont son frère s’était fait torturer, comme s’il me racontait son week-end au ski, ceci a peut-être entraîné cela.

Je n’ai pas vraiment de conclusion sur le sujet. Juste un constat.

-> Margaux n’est pas très très marrante aujourd’hui.

L’article du New York Times –> ICI <- 

Grower’s Cup – Coffeebrewer


Grower’s Cup est une marque du groupe Coffeebrewer Nordic A/S.
Grower’s Cup, c’est Danois.
Grower’s Cup, c’est petit, mais efficace !

Pour le petit storytelling de Ulrik Skovgaard Rasmussen, Innovator and Managing director, (que je me propose de vous traduire ici) :

 » tout a commencé un après-midi de 2002, où je me suis rendu compte que j’étais à cours de filtres pour ma cafetière et, passablement agacé par la situation – j’ai pensé « pourquoi ce ne serait pas possible de se faire une bonne tasse de café sans machine ou matériel spécifique…? »

Après des années de recherches, de développement de concepts d’infusion divers et variés, de tests, de milliers de prototypes, et d’ingénierie de technologies de nouvelles production, nous sommes prêts à lancer ce qui est probablement le concept de café le plus novateur et révolutionnaire jamais vu depuis des décennies. »

Et, SHAZAM !
Voila le Coffeebrewer.

En très résumé (comme d’habitude) :

– Le sac contient une dose de café, mais pas du soluble-qui-a-un-goût-de-carton. Du vrai café, dans un vrai filtre.
(Et commerce équitable, de surcroît)

– Vous faites bouillir de l’eau.

– Vous la versez dans le sac (que vous aurez ouvert au préalable, ça tombe sous le sens. Mais on ne sait jamais…)

– Et paf. Ca fait du café.

C’est pas beautiful, ça ?

Une vidéo pour les-lecteurs-qui-n’aiment-pas-lire
(la musique est insupportable, mais j’aurai prévenu)

(Personnellement, je m’en sors très bien avec mon mug Starbucks et mon café maison, MAIS, j’ai pensé que ça valait sérieusement la peine d’être partagé…)

Le site de Grower’s Cup -> ICI<-
Liste des points de vente -> ICI <-

Merci à mes anciens collègues d’IAEntrepreneurs pour cette trouvaille.

Phèdre – Aphrodite

Phèdre, ils sont 3.
Phèdre, ils sont de Monaco.
Phèdre, ils gagnent à être connus.

Leur album est sorti en 2012.
Il m’a fallu attendre 2013 pour m’en délecter (once again, merci C.).
Pour sortir une monstrueuse banalité, mieux vaut tard que jamais.

Leur Myspace -> ICI <- 
Leur album en écoute intégrale sur Soundcloud  -> ICI <-
S
ource -> ICI <- 

Creads – La créativité pour tous

 

Sans commentaires.
Mais… bien joué, CREADS.

Sans commentaires, aussi parce que je suis vaguement overbookée aujourd’hui, et donc, plus de détails -> ICI <- 

Sur le même sujet, le dernier discours de Christiane Taubira (magistral, à mes yeux)  -> ICI <-

Code eater / Dream maker

Ce soir, j’ai mon premier dilemme de cartons.

J’ai découvert LE site qui va probablement sévèrement attaquer ma vie sociale.
Un site qui apprend les bases du coding avec une méthode tout simplement géniale.
Je suis horriblement scotchée.

Le constat (en bref) :

Notre génération est, certes, une génération communément étiquetée « génération digitale ».
Mais, être scotché sur son ordinateur et son smartphone du réveil au sommeil ne fait pas tout.
Savoir texter, télécharger + utiliser des applications, et bidouiller quelques logiciels basiques non plus.

Les outils de création digitale, et en particulier le coding, au sens large, ne sont pas forcément maîtrisés par tous.
La comparaison entre la lecture et l’écriture est souvent invoquée (mais elle est peu pertinente, si vous voulez mon avis).

La réponse : 

Ce site (comme une quelques poignées d’autres, sur lesquels je me suis moins penchée, pour l’instant) se propose d’en apprendre, à ceux qui le désirent, le B-A-BA, comme au CP avec Ratus (ou Bigoudi si, comme moi, vous avez grandi sur une autre planète).

Et c’est là que vient mon dilemme.
Je suis tellement ravie de ma trouvaille, que j’ai une affreuse pulsion d’égoïsme, qui me dit de la garder jalousement, et de ne pas vous la servir sur un plateau.
J’ai même fait exprès de rendre l’article visuellement ennuyeux, pour en décourager plus d’un.

Oui, dans l’immédiat, je ressemble un peu à ça.

Mais comme je ne suis pas tant un monstre que ça, je vous donne quand même le lien de l’article ou j’ai trouvé MOOON PRECIEUUUX.
-> ICI <- 

Une fois de plus, merci TED.

Et bonne soirée les geeks.

Ivanka – Concrete Design

Ivanka, ça existe depuis 2003.
Ivanka, c’est un couple Hongrois.
Ivanka, c’est du béton.

Les Ivanka (Katalin et Andras pour les intimes) sont des fous du béton.
Alors certes, ils en font globalement toujours bon usage, que ce soit en terme de mobilier, d’audio, de bijouxde déco, de carnets, et même de pierre tombale (si si, et en plus on peut y faire flotter des bougies).

Mais cette fois, les Ivanka se lancent dans le vestimentaire.
Le secret de leur procédé reste assez obscur, mais selon Modefabriek, les vêtements seraient « trempés dans du béton, avant d’être séchés de façon à conserver la douceur du tissu, tout en prenant une apparence de béton armé ».
Mystère mystère.

Des pochettes sont déjà en vente sur leur site :

Côté vêtement, après des essais peu ragoûtants en 2010 (photo 1), Ivanka propose maintenant des collections loin d’être sales (photo 2 et 3)

Et des images/dessins/ébauches de nouveaux vêtements et chaussures circulent :

Sources -> ICI <- (modefabriek) et -> ICI <-  (the fab web)

Leur vente en ligne  -> ICI <- 
Plus de leurs produits -> ICI <-
P
lus de collections (vestimentaires) -> ICI <-